Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

“ J’aime me voir comme une exploratrice.

Je me suis ainsi inscrite en psychologie pour mieux comprendre les autres… Et bien sûr me comprendre moi-même!

Je pense que le fait d’être très (très très) émotive a joué.

Vous voyez cette personne qui rougit dès qu’elle prend la parole en réunion ? Qui a mal au ventre dès qu’elle se trouve face à une situation de stress ? C’était moi. Ça fait bien sûr toujours partie de moi mais maintenant j’arrive mieux à faire avec et même (parfois) à utiliser cette hypersensibilité.

Mes études de psychologie et mon analyse personnelle ont donc été une première étape.

Partir 6 mois en sac à dos en a été une seconde. Cela m’a permis de réaliser toutes les possibilités que chacun de nous a de créer sa vie, à chaque instant. Cette expérience m’a aussi aidé à assouplir les défenses que j’avais mis en place en mode « tout est sous contrôle ». Cela m’a appris à me faire confiance sur ma capacité à faire face aux difficultés et aux imprévus (très nombreux en voyage mais aussi dans la vie de tous les jours… Et heureusement, non ?) .

Et puis, après ce voyage, est venue la rencontre avec la méditation. Moi qui ne tenais pas en place et qui étais une grande bavarde, je me suis retrouvée 10 jours dans une retraite de méditation silencieuse…

Et là, j’ai compris la différence entre « gérer » ses émotions et les accueillir.

J’ai pu expérimenter qu’on peut les honorer comme des invités de grande classe sans qu’elles ne prennent les rênes de notre vie. Parce que ces émotions témoignent avant tout de notre humanité.

C’est d’ailleurs ce qui m’a beaucoup touché dans ma rencontre avec Saskia : son humanité qu’elle partage autant sur son blog que dans sa vie. Ses questionnements et réflexions rejoignaient beaucoup les miennes. Une belle rencontre qui nous a donné envie de donner naissance à un projet commun, faisant des ponts entre nos deux professions et expériences complémentaires. ”

Amelina

∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼

” Touche à tout compulsive, j’ai eu un parcours estudiantin varié. Après un bac S, une licence de sociologie puis une licence de science politique, j’ai entrepris une préparation au concours d’orthophonie qui a porté ses fruits dans l’année. Après quelques remplacements qui m’ont permis de cerner ce que je voulais et ce que je ne voulais pas faire dans mon cabinet, j’ai ouvert mon propre cabinet que j’ai gardé pendant 4 ans. Chaque période de vacances, chaque année et chaque transition étaient pour moi l’occasion de tester de nouveaux fonctionnements et outils au cabinet :

  • Organisation avec un agenda papier puis avec un agenda électronique
  • amélioration de mes prises de notes des séances ( en version informatisée, puis papier dans des pochettes individuelles, puis papier dans un classeur collectif puis de nouveau informatisée avec l’application One note qui permet une véritable précision et rapidité d’exécution, une sorte de bullet journal pour patients)
  • création d’une trame simple afin d’avoir le projet thérapeutique sous les yeux en permanence et suivre les progressions que j’entreprenais
  • utilisation du bullet journal à des fins d’organisation et d’optimisation et surtout en vue de limiter les supports de note (post-it, feuille de suivi, carnet, feuille blanche)
  • mise en place de méthode de communication non-violente
  • mise en place de paiements hors nomenclature pour les équipes éducatives (étonnant extrêmement bien perçu par les parents)

Cette vision « méta » de mon métier, je l’ai immédiatement eue – de part mon cursus en sociologie et science politique – et ce fut un véritable plaisir pour moi d’observer mon métier avec hauteur afin de comprendre comment me sentir mieux au travail, savoir me faire respecter sans pour autant établir de déséquilibre dans la relation thérapeutique, créer une relation de confiance avec les patients. Les choses ne se sont pas faites simplement, pas toujours comme je le souhaitais mais elles avançaient dans le bon sens, celui qui me respectait, respectait mes valeurs et respectait le patient.

Cette vision « méta » s’est articulée avec un attrait de longue date pour le développement personnel et la psychologie humaine de manière générale (psychologie positive, outils de bien-être).

Cette idée de formation autour du bien-être des professionnels de santé est née d’une rencontre avec Amelina. Je connaissais avec précision les difficultés des orthophonistes à faire respecter le cadre thérapeutique avec leurs patients, j’avais commencé à initier une réflexion sur mon blog autour du cadre thérapeutique (à lire ici et ici) et Amelina, de part son métier, son expérience en méditation et ses multiples qualités humaines, avait les outils pour nous aider à aller mieux : Zensemble était né ! ”

Saskia